Retour au site - Les cahiers - Recherche - Mon Compte
Sommaire du n°6 du Deuxième trimestre 1984

Index des noms

Ouvrages parus

Quelques protestants à la Guadeloupe

André LIQUIER

Le pasteur G. LIQUIER

René et Charles BERTHEAU pasteurs à Montpellier

Affaire Jean FRANC

Les LAGRANGE à Annonay

Généalogie GUITTEAU

Généalogie FLEURIAU

Etat général des biens des fugitifs du diocèse de Nîmes

Questions

Réponses


Le pasteur G. LIQUIER, par Edouard-Pierre LIQUIER



 
Le Pasteur Gabriel LIQUIER

1843 -1887

sa vie son ascendance



   Gabriel LIQUIER né le 25 mars 1843 à Anduze (Gard) descendait par son père Louis LIQUIER, membre du Consistoire, maître de pension à Anduze (pensionnat LIQUIER connu dans la région pour son enseignement rousseauiste) d'une famille "noble" d'après la tradition, les LIQUIER de CROS dont un membre aurait été intendant sous le règne de Louis XV (1).

   Pour ce qui concerne sa carrière pastorale je ne peux que citer des extraits de la lettre que m'adressait le 2 décembre 1928 le pasteur Charles BOST de l'Eglise Réformée du Havre, l'historien du protestantisme français.

   "Mon père Elysée BOST, pasteur au Ponzin à partir de 1868 avait conservé les lettres, de cet ancien collègue avec lequel il était lié (et ma mère aussi) par une profonde affection, et je trouve dans une encyclopédie un premier détail :

   1. Gabriel LIQUIER a fait ses études à la Faculté Nationale de Genève. Mais ce n'est pas à Strasbourg qu'il a soutenu sa thèse finale selon la coutume de son temps parce qu'il a fini en 1870. C'est à Montauban qu'il a passé ses examens et soutenu sa thèse en 1870 sur l'Apologétique de Tertullien.

   2. En 1874 il a donné sa démission de pasteur de Chomérac (Ardèche) pour aller faire de la littérature à Paris; une lettre du 18 mai 1874 le montre arrivé à Paris et logé provisoirement dans l'hôtel de son cousin, Paradis Poissonnière 53; il dit à mon père : mon cousin vous salue cordialement; qui était ce cousin et comment connaissait-il mon père ? il y a une autre lettre, sans date, mais antérieure à 1876 datée d'Anduze : il parlait de voir mon père en passant au Ponzin et d'une visite à faire à Lyon.

   3. La dernière lettre est du 30 décembre 1885. Il était malade et logeait 56 boulevard de Clichy. ... Ce monsieur LIQUIER parle constamment de moi dans ses lettres : il m'avait vu dans les langes,n'était pas marié, était extrêmement sensible, et semble avoir porté à travers la vie un coeur inquiet et douloureux.

   M. Gabriel LIQUIER a été nommé pasteur à Chomérac (consistoire de Privas) par arrêté du 10 juillet 1871".

   Pour ce qui concerne ses oeuvres artistiques, littéraires et musicales en voici une liste non exhaustive je pense :

   1. Vraissemblablement pendant ses études à Genève Gabriel LIQUIER (connaissait-il TÔPFFER et ses caricatures célèbres ?) a publié des albums de caricatures dont voici trois d'entre eux:
 
A. Voyage d'un âne dans la planète Mars 1867 à Genève. Lithographie Excoffier.

B. Du pont des Bergues aux rives du Nil (Histoire d'un Chapeau).

C. Les aventures de Télémaque à Monnestier. D'autre part étant à Paris Gabriel LIQUIER a longtemps dessiné au journal "La Caricature" sous le nom de TROC et au journal "La Silhouette"; il eut de plus un tableau acquis par l'Etat au salon de 1879; comme musicien il rédigea le feuilleton musical au journal "Le Bien Public"; il fit représenter à la Scala une opérette: "Le Kiosque Bleu" on lui doit aussi la partition d'un opéra comique : "La Belle Marseillaise" dont son frère Roger LIQUIER Directeur d'Ecole Normale à Avignon écrivit le poème; il est l'auteur de plusieurs monologues ("Mon Futur", en vers Paris. Michaud 1883. "Le Trac d'un Gendre" Paris. Michaud 1883. "Un esclandre" Paris. Michaud 1881.)

Il composa de nombreuses chansons et romances (paroles et musique) chantées ou dites dans les premiers Music- Halls de Paris.

   2. Les oeuvres proprement littéraires de Gabriel LIQUIER sont voici les principales :

   - Aventures de quatre amis. Paris Librairie illustrée 1892.

   - La femme étrange. Hermine. Paris M. Dreyfous 1882.

   - Nouvelles bigarrées. Chez Maurice Dreyfous illustrations k de Robida.

   - Jacques MICHELIN. Roman, illustrations de Kauffman Gedalge. réédité en 1924 et 1927.

   - Le mariage d'Eliane. Gedalge réédité en 1911.

   - La peau de l'Archonte, comédie en un acte en vers représentée pour la première fois à Paris au Théâtre de l'Odèon le 15 septembre 1880. L. Michaud éditeur, librairie Théâtrale 14 rue de Grammont. Cette pièce en vers que l'auteur qualifie "d'oeuvre de débutant" dans une lettre-préface à M. de la Rounat, directeur de l'Odèon, est extrêmement spirituelle et fantaisiste.

   - Un amour électrique. Comédie en un acte jouée par Galipaux au Théâtre du Palais Royal.

   - Diverses nouvelles parues notamment dans "La Revue Bleue".

   Gabriel LIQUIER est mort à Paris le 20 août 1887 peut-être seul et abandonné; il n'avait que 44 ans au moment de son décès.

   Extrêmement sensible dit Charles BOST qui ajoute qu'il a porté à travers la vie un coeur inquiet et douloureux tel était Gabriel LIQUIER; de plus comment ne pas aimer l'esprit brillant, artiste, et fantaisite de cet ancien pasteur si apprécié par le pasteur Elysée BOST et Madame BOST musicienne distinguée.
 
 
Note : (1) Il existe encore un château de Cros, localité située sur le Virdoule au dessus de St Hyppolite, construit en 1680 environ et possession en 1730 de François LIQUIER bourgeois et fabricant de bas de soie, descendant probablement des LIQUIER de St Jean de Bruel; il est vraisemblable que la  famille LIQUIER de CROS venait de ce château : En tous cas François LIQUIER est l'ancêtre de la branche à laquelle j'appartiens .

 
 


Edouard-Pierre LIQUIER (55)
© 2009 - Société de l’histoire du protestantisme français