Retour au site - Les cahiers - Recherche - Mon Compte
Sommaire du n°9 du Premier trimestre 1985

Réunions du centre

INFORMATIONS

Circulaire du Directeur des Archives de France

Appel du Président de la S.H.P.F


DOCUMENTS

Vie de Philippe LE NOIR pasteur à Blain (1623-1691)

Une famille protestante de Rennes : les BEAULIEU

Etat des biens des religionnaires sortis du Royaume, élection de Chalons


ETUDES

Ministres et proposants au XVIIIe siècle (suite)

Inhumations de protestants à Bédarieux

Remontrances dans l'Eglise de Verteuil (Charente)

Ascendances pastorales de Louise Weiss

Patronymes figurant dans les registres de l'Eglise de Baix

Familles protestantes de Saint-Affrique

Réfugiés protestants dans le Brandebourg

Les Vaudois du Lubéron (1460-1560)

QUESTIONS

REPONSES


Une famille protestante de Rennes : les BEAULIEU





 
UNE FAMILLE PROTESTANTE DE RENNES , LES BEAULIEU


Philippe Le Noir, pasteur à Blain (Loire Atlantique) jusqu'en 1685 écrivit, peu après son arrivée en Hollande, des mémoires généalogiques à l'usage de ses enfants. Voici ce qu'il dit de la famille de sa grand-mère qui était née Beaulieu.

"De la famille de la HAYE, je passe à celle des BEAULIEU parce que mon grand-père de la HAYE épousa une BEAULIEU s'alliant dans une fort honnête et bonne famille de Rennes. Ma grand'mère dut avoir nom Suzanne de BEAULIEU, fille de Monsieur de BEAULIEU, procureur au Parlement et de Denise du CLARAY sa femme. Ce M. de BEAULIEU mon bisaïeul, homme de pratique était possesseur de Neraunay dont il bâtit le beau corps de logis, et la cour close avec pavillons aux coins. Il se fit de la religion à la naissance de l'Eglise réformée de Rennes dont je trouve qu'il était ancien dès l'an 1560. Denise du CLARAY sa femme (ma bisaïeule) fut aussi éclairée de la Vérité et son frère M. du CLARAY fut déterré quelques jours après sa mort et trainé nu par les rues de Rennes parce que l'on découvrit qu'il avait fait profession de la Religion réformée. Ainsi je puis me vanter d'avoir un de mes ancêtres au rang des martyrs puisque ce sieur du CLARAY, quoique privé de sentiment, souffrit opprobe pour le nom du Christ. Je tiens cette histoire de feu mon oncle de la HAYE sans en savoir le temps ni les autres circonstances.

Monsieur de BEAULIEU et Denise du CLARAY eurent 4 enfants, deux garçons et deux filles dont ma grand-mère était l'une. L'aîné des garçons fut Jacques de BEAULIEU sieur de GAILLON (terre proche du temple de Clusne) et de la MARRE, contrôleur de l'artillerie, qui n'eût point d'enfants de Jacquette ECOUFLAN.

Cette Jacquette ECOUFLAN était fille de M. ECOUFLAN, sieur de MEMENIER, ancien de l'église qui avec M. du GRANIER un des deux premiers ministres de Rennes fut député au synode de Normandie qui se tint à Caen en 1560. Cet homme riche et plein de zèle recueillait de nuit l'Eglise en sa maison appelée Bouzille, au dehors de la porte Blanche sur les grois où le débordement de la rivière ayant fait un trou, donna lieu à toute la ville de sortir, en faux comme au spectacle d'un prodige et le pronostic que la Réformation tomberait en ruine, ce qui fut une fausse prophétie enfantée par la superstition qui était alors furieuse et débordée plus que rivière.

Le second fils du premier BEAULIEU fut le sieur de La MOTTE BARRIN, terre sur le bord de l'eau, un peu par delà St Helier où il y a une ancienne motte de terre qui a donné à la maison son nom de La MOTTE. Ce BEAULIEU sr de La MOTTE épouse une femme dont je ne sais point le nom de laquelle il eut trois garçons :

   1° Jacques de BEAULIEU, sieur de NERAUNAY, procureur fiscal de Bordage qui de Lydie ECOUFLAN, soeur de sa tante Jacquette ECOUFLAN ne laissa point d'enfants, non plus que de sa seconde femme CHALOPIN de BAUGE, cousine de feu M. de La MAUCHE remariée à l'aîné de Messieurs GODIER. 

   2° Paul de REAULIEU, appelé Monsieur de BEAULIEU, procureur fiscal de Mauve, devenu aveugle en sa vieillesse et héritier NERAUNAY qui, de demoiselle Olympe de CROISET issue de sr BACHELAR premier ministre de Nantes a laissé 4 enfants, savoir mon cousin de BEAULIEU pasteur à Quintin où il s'est marié et d'où il a passé en Angleterre avec sa femme et ses enfants; mon cousin de NERAUNAY, Jean de BEAULIEU, marié à Quintin et possesseur de NERAUNAY; Mon cousin des PLANCHES, chapelain et curé réformé en Angleterre et ma cousine de BEAULIEU qui est en condition dans la maison d'un milord anglais.

   3° Jean de BEAULIEU, sr des PLANCHES procureur de Saffre et ancien de l'église de Blain qui d'une des LOGES de LOUDUN, parente de M. des LOGES pasteur, n'eût aucuns enfants.

A ces trois frères, on peut joindre leur soeur mariée à M. de La TOUZERIE RIMARD dont j'ai vu autrefois une fille nommée Nicole RIHAR qui mourut de petite vérole à Neraunay.

Enfin deux filles du premier BEAULIEU et de sa femme Denise du CLARAY, l'une fut ma grand-mère Suzanne de BEAULIEU, demoiselle de La HAYE GRAND VILLE, l'autre fut mariée à Monsieur de La FONTAINE ROULEE, possesseur de Vercleu (fils de Jacques ROULEE pasteur de Rennes et de Vitré) de laquelle il eut deux fils cousins germains de ma mère.

Le premier fut M. VERCLER qui vendit le Vercler belle terre à une lieue de Rennes et qui se maria à une PIGOUST, fille de la GRAND NOE en Casson, soeur de M. de La GRAND NOE, ministre à la Fordst en Poitou de laquelle il eut deux garçons (Abraham ROULEE et Jacques ROULEE) dont j'ignore la fortune dans les voyages de mer et après la mort de laquelle il a vécu longtemps à Quintin au service de M. de La MOUSSAYE jusqu'à une grande vieillesse, déchu de la belle posture où sa naissance l'avait mis.

Le second fut M. de la MARRE ROULEE qui porta les armes en Hollande et, étant devenu vieux garçon, se maria à une veuve de religion contraire, voisine de VERCLER dont il eut quelques enfants, puis finit dans une petite fortune comme son aîné sans toutefois faire naufrage quant à la foi, comme ses enfants probablement.

Pour revenir à ma grand-mère de La HAYE, Suzanne de BEAULIEU, il me souvient de l'avoir vue car je fus élevé sous son aile depuis l'âge de 4 ans jusqu'à sept ans ou environ. Elle était incommodée de la courte haleine en sa vieillesse et pour remède à ce mal, elle usait à jeun de fleur de genêt sechée au soleil, la machant et en avalant le suc. Son humeur était douce et fort raisonnable, était parfaitement bien instruite en la religion. L'an 1631, quatre ans après son mari, elle mourut âgée de 69 ans (née par conséquent en 1562) qui fut l'année climatérique la plus dangereuse et où l'écueil de la vieillesse se rencontre ordinairement.

Elle ne laissa que deux enfants de son mariage avec mon grand-père de La HAYE, savoir mon oncle de La HAYE GRAND VILLE et ma mère Anne de La HAYE qui vont faire deux articles pour conclusion de mon état maternel".

Le pasteur François de BEAULIEU auquel nous devons communication de ces mémoires descend de François Charles de BEAULIEU réfugié à Dantzig en 1708 fils d'un des trois BEAULIEU de Rennes, mais il ne sait pas duquel. Il serait reconnaissant de toute information complémentaire.



Nota : Les quatre enfants de Paul de BEAULIEU et d'Olympe COISET furent :
 

1° César de BEAULIEU pasteur à Quintin puis en Angleterre, marié à Suzanne du PRE fille d'Olivier du PRE, apothicaire à Rennes puis à Quintin et d'Esther CHAPEAU.

2° Jean de BEAULIEU sr de NERAUNAY marié

3° M. de BEAULIEU sr des PLANCHES pasteur en Angleterre

4° N.. de BEAULIEU fille qui demeura en Angleterre
 
 
******
 
© 2009 - Société de l’histoire du protestantisme français